Qui gère l'éducation?

Revendications

De multiples associations étudiantes et syndicats collégiaux et universitaires, représentant plus de 130 000 personnes, exigent le retrait des projets de loi 38 et 44 sur la gouvernance des cégeps et des universités présentés par la ministre de l’Éducation du Loisir et du Sport, Mme Michelle Courchesne.

Nous considérons que la saine gestion des institutions publiques d’enseignement se réalise par le respect des principes d’autonomie, de collégialité et de liberté académique. À cette fin, nous réitérons notre opposition à la marchandisation de l'éducation postsecondaire, que les projets de lois accélérerait s'ils venaient à être adoptés.

En ce sens, nous rejetons :

  • L’idée d’une composition majoritaire de membres externes au sein des conseils d’administration collégiaux et universitaires;
  • La qualité « d’indépendant » accordée aux membres externes;
  • Le processus de concentration du pouvoir aux mains du conseil d’administration que sous-tendent les projets de lois ;
  • La modification de la mission des cégeps proposée dans le projet de loi 44, qui marginalise leurs objectifs académiques et sociaux;
  • La manoeuvre du gouvernment visant à occulter par les projets de loi la question fondamentale du sous-financement de l'éducation postsecondaire.

 

Nous exigeons :

  • Le retrait des projets 38 et 44;
  • Que la gestion des institutions d’enseignement appartienne aux membres des communautés collégiales et universitaires en respect du principe de collégialité;
  • La reconnaissance des missions d’éducation, de recherche et de service à la collectivité des cégeps et des universités et leur responsabilité à rendre compte du passé, du présent et du futur, par la préservation, le développement et la transmission des connaissances;
  • Un réinvestissement massif en éducation postsecondaire afin d’assurer la qualité et l’accessibilité de l’éducation au Québec.